France MS
France MS  

L'isolement                                               est le premier handicap!

Tout a commencé par un appel téléphonique. Maria (prénom d'empreunt) s'était tellement renfermée sur elle même qu'elle n'osait même pas dire pourquoi elle téléphonait en réalité.

Elle parlait d'un retard, encore un, de la Mdph, mais, parce que je connais cette situation, j'ai senti que derrière les paperasseris se cachait une sacrée déprime et une grande solitude.

Alors je suis allé la visiter. Mes craintes étaient fondées: incomprise à cause de la fatigue, de la forme fluctuante brutalement, des parestésies (l'insensibilité de certaines zones), ce sacré Lhermitte qui nous fait signe (des décharges électriques ), une démarche de femme saoule sans boire une goutte... petit a petit les amis se sont éloignés, son mari même... Et Maria a commencé à ruminer. Le début du cercle infernal qui vous mène à la dépression. Comme si nous avions besoin d'une seconde maladie!

Ce fut long, plusieurs visites, des sorties ensemble, sa décision d'accepter de l'aide par une psychologue, puis elle a osé venir à un groupe de parole. Pour voir disait elle...

Elle y est revenue car elle y a trouvé des personnes compréhensives parce qu'elles sont malades aussi. Puis des sorties et quelques loisirs...

Petit a petit, Maria est revenue à une vie plus ordinaire, une vie qui lui laisse le temps de s'occuper d'elle et de cette maladie tordue qui nous squatte...

Lorsque l'on est malade, l'on perçoit les choses de manière plus sensible. Les bonnes comme les mauvaises. Mieux vaut les bonnes que les mauvaises parce que nous apprenons aussi à profiter de tous les bons moments. Ce fut une véritable thérapie. Pour elle comme pour moi. Parce que donner fait parfois plus plaisir que recevoir !

DR

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Riou Bruno 2015